Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/ouvragel/public_html/plugins/system/rokextender/rokextender.php on line 32
Historique

L'ouvrage de La Ferté

L’ouvrage de La Ferté, parfois surnommé ouvrage de Villy - La Ferté, est une forteresse de la fameuse ligne Maginot, situé dans le secteur fortifié de Montmédy à plus de 15 kms de Sedan. 

Il demeure célèbre pour avoir été le seul ouvrage de la Muraille de France ou toute une garnison périt asphyxié durant les durs combats de mai 1940; les autres ouvrages durent soit etre évacués, soit obligés de se rendre après la signature de l’armistice.

 

L’ouvrage est confié au 3ème CEO (Compagnie d’Equipage d’Ouvrage) du 155ème RIF (Régiment d’Infanterie de Forteresse) et placé sous le commandement du lieutenant Roger Guiard, remplacé le 20 mars 1940 par le lieutenant Maurice Bourguignon.

 

 

L’équipage total compte 95 soldats, 9 sous-officiers et 3 officiers soit 107 personnes répartis dans deux blocs de combats; ces derniers étant reliés par une gallerie souterraine longue de 280 mètres.

 

Le 10 mai 1940 marque le début de l’offensive allemande à l’Ouest. Le 15 mai, la Wehrmacht rentre pour la première fois en contact avec la Ligne Maginot.

Du 16 au 18 mai, les duels d’artillerie opposent français et allemands. Le village de Villy sous la protection du 23ème RIC (Régiment d’Infanterie Coloniale) tombe dans la journée du 18. Plusieurs dizaines de canons allemands bombarderont la forteresse durant ces quelques jours avec plus de 20.000 obus tirés.

 

Le lendemain matin au 19 mai, l’équipage ne donnera plus jamais signe de vie. Une compagnie disciplinaire allemande évacuera par la suite les corps. Durant l’été, un film de propagande est tourné sous l’impulsion de Joseph Goebbels pour renforcer le mythe de l’invincibilité du IIIème Reich.

 

Se souvenir, c’est permettre au grand public de replonger dans l’atmosphère de cet ouvrage, unique en son genre. 

 

 

 

Vue aérienne de l'ouvrage.

 

Le bloc 1 (en haut de l'image) et le bloc 2 (en bas) sont reliés par une gallerie souterraine à plus de 25 mètres de profondeur.

 

L'ensemble est entouré par un réseau de rails anti-char et de barbelés sur une surface d'un hectare, cas unique sur l'actuelle ligne Maginot.